Habitat

Investissement locatif : vous avez le choix de la ristourne

Three houses made of 10, 20 and 50 euro banknotes, stacks of euro coins, white background

Vous songez à acheter un bien pour le louer ? Différents dispositifs étatiques peuvent vous permettre
d’obtenir une ristourne fiscale. On les passe en revue à l’aune de la loi de finances pour 2020.
L’État use et abuse depuis longtemps des carottes fiscales pour inciter les particuliers à investir dans la
pierre. Plusieurs dispositifs permettent en effet de profiter d’une fiscalité avantageuse en contrepartie de
l’achat d’un bien destiné à la location. Cela étant dit, les conditions et modalités pour en bénéficier
changent pour ainsi dire à chaque loi de finances. Que vous réserve 2020 ? On fait le point.

 

Le Pinel se cherche dans le neuf

Rien de particulier ne change du côté du programme Pinel, qui encourage l’investissement locatif dans le
marché immobilier neuf depuis la fin 2014. Il s’agit ici d’obtenir une réduction d’impôt sur le revenu
correspondant à 12, 18 ou 21 % du prix d’achat de l’habitation, sur une période de mise en location de six
ou neuf ans, prorogeable jusqu’à douze ans. Le coût d’acquisition global est cependant plafonné à 300
000 €, sur une base maximale de 5 500 € par mètre carré.
Soumis à des critères de performance énergétique, ce logement doit en outre être loué nu, à un prix
inférieur d’environ 20 % au marché local et sous condition de ressources pour le locataire, qui peut
d’ailleurs être un membre de la famille. Plus encore, le bien doit exclusivement être situé dans une zone
de tension immobilière (zones A, A bis, B1) depuis 2018.
Notons toutefois une petite originalité puisque la loi de finances pour 2020 a prévu d’expérimenter un
nouveau zonage du Pinel en Bretagne jusqu’au 31 décembre 2021, qui fera l’objet d’un bilan.
À noter : découvrez le zonage de votre commune grâce au simulateur mis en place par Service-public.fr


Le Denormandie assoupli dans l’ancien

Le dispositif Denormandie a pour sa part été créé début 2019 afin de redynamiser les centres-villes
anciens délaissés. Mais après un an d’application, ce critère a été jugé trop stricte. Exit donc la notion de
centre, les logements peuvent désormais être situés dans l’ensemble du territoire des communes éligibles.
Plus de deux cents municipalités sont concernées. Toutes ont été sélectionnées au regard de leur besoin
de réhabilitation de l’habitat ou parce qu’elles ont conclu une convention d’opération de revitalisation.
Si l’objectif est ici d’acheter un bien ancien pour le rénover, les modalités du programme restent très
similaires au Pinel. Une fois les travaux d’amélioration terminés (le chantier doit représenter 25% du coût
total de l’opération), le logement doit ainsi être loué pendant six, neuf ou douze ans à des ménages
modestes respectant un plafond de ressources. En contrepartie, le bailleur profite d’une réduction d’impôt
de 12, 18 ou 21 % sur la même période, dans la limite d’un investissement maximum de 300 000 €.
Bon plan : vérifiez si votre ville relève du dispositif grâce au simulateur disponible sur Service-public.fr

PARTAGER CET ARTICLE

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Nos derniers
articles publiés

Salon du luminaire : plus de 10 000 façons d’habiller la lumière et de faire plaisir

OCTOBRE ROSE : A VOS MARQUES, PRÊTS… MARCHEZ OU PÉDALEZ !

TOYOTA DREUX : UNE EQUIPE DYNAMIQUE AU SERVICE D’UNE MARQUE RESPECTUEUSE DE SES CLIENTS

La capitale normande du vélo s’établit à Ézy-sur-Eure jusqu’au 15 novembre

Le safran fait sa fête !

2ème édition du Festival Chérisy Manga + BD les 17 et 18 octobre