Éco

La Chambre de Métiers et de l’Artisanat d’Eure-et-Loir : “nous ne laisserons pas tomber les artisans”

La période de confinement a permis à la CMA28 de tirer des enseignements et de dégager des grandes thématiques vers lesquelles les actions de fin d’année seront réorientées. La CMA28 prouve aujourd’hui son agilité à se transformer rapidement pour accompagner les artisans dans leur reprise d’activité.

Pendant la période de confinement, la Chambre de Métiers et de l’Artisanat d’Eure-et-Loir a joué son rôle de proximité plus que jamais. En deux jours, les 30 collaborateurs ont laissé de côté leur bureau en faveur du télétravail, et ont su mettre à disposition leur expertise n’importe où et avec des outils nouveaux. La CMA28 a créé une permanence spéciale COVID. Les collaborateurs se sont mobilisés pour relayer des informations en temps réel aux artisans, « en plus des conseils téléphoniques et mails délivrés, nous avons eu une grosse activité sur les sites internet, les nombreuses campagnes d’e-mailing et les réseaux sociaux (…) nous avons publié 109 posts sur les réseaux sociaux générant 110 000 interactions, preuves de la très importante demande d’informations », explique Charlotte Oddo, Directrice de la communication et Artisanales de Chartres. La CMA a répondu aux nombreuses questions posées : 1 700 artisans euréliens ont ainsi été conseillés personnellement sur les deux mois de confinement. « Les questions les plus fréquentes concernaient le télétravail, la fermeture ou réouverture possible des entreprises artisanales, la trésorerie, les différentes aides mises en place par le gouvernement et la Région, les organismes sociaux, le matériel d’équipement d’hygiène… » rappelle Tony André, Directeur du Développement des Entreprises.  50% des appels tournaient autour des mesures de protection. Une grosse partie de l’accompagnement des artisans a été fléché vers les aides et les financements.

 « Les secteurs les plus en difficulté identifiés à ce jour sont le commerce, qui est, par définition, en contact avec les clients, et le bâtiment », indique Tony André. Pour les premiers, les charges liées au loyer ou au personnel (cf. activité partielle) et le respect des règles sanitaires ont été les sujets principaux de préoccupation. Pour le secteur du bâtiment, les consignes de réouverture des chantiers, les règles d’équipement d’hygiène et le respect des distances sociales ont mis du temps à être réglementés. « À l’inverse, les commerces alimentaires comme les charcutiers, les bouchers, les boulangers et les producteurs ont profité de l’engouement des clients de proximité pour le retour au local », nuance Charlotte Oddo. La CMA28 espère assister à une reprise d’activité progressive des artisans sur le second semestre 2020. Elle est prête à l’accompagner.

 

 

Acquérir les outils numériques et s’ouvrir à de nouveaux marchés et clientèles

 

Toujours autant de créations d’entreprises

Dans le même temps, les « affaires courantes » continuent. De janvier à avril, « le nombre d’immatriculations d’entreprise était quasiment identique », constate Tony André. Cela peut paraître une bonne nouvelle compte tenu du contexte inédit, mais il faudra voir sur le long terme si ces entreprises, principalement en micro-entreprises, se développent réellement et créent de l’emploi. C’est un véritable enjeu pour l’avenir de l’Artisanat et de l’apprentissage. La CMA28 a accompagné des projets artisanaux en lien direct avec la situation. « Par exemple, l’entreprise drouaise ERTEL a développé un système de protection destiné aux commerces et a bénéficié d’un conseil de la CMA28 », illustre Tony André. La formation continue a aussi été plébiscitée, majoritairement autour des thématiques du numérique, mais sur un format distanciel, qu’il a fallu développer en peu de temps. Nous avons aussi développé avec l’association APESA un partenariat spécifique pour accompagner les artisans en grande détresse psychologique.

 

Accompagner les artisans dans leur transition numérique

En début d’année, le dispositif « Parcours Créateur » a été lancé. La version en ligne a été livrée fin mars. En ligne ou en présentiel, la CMA continue de former les artisans et d’accompagner les créateurs, « nous ne pouvons pas les laisser tomber. Pendant le confinement, nous avons organisé 12 formations autour de la question du numérique », déclare Tony André. Par ailleurs, suite à l’annonce de la tenue des Artisanales sous forme virtuelle, la CMA invite les artisans à profiter de l’aura de la marque pour promouvoir leur savoir-faire et inciter les consommateurs à soutenir les entreprises locales. Pour réussir son entrée dans le numérique, la CMA propose des formations à prix très réduits aux entreprises pour acquérir ces outils et s’ouvrir à de nouveaux marchés et clientèles. Pour cela, les conseillers pourront à la demande, proposer un diagnostic numérique et mettront en place des solutions et des parcours de formation personnalisés. « Avec 250 métiers et 8 500 artisans, nous avons tout autant de situations différentes », concluent Charlotte et Tony. Les chambres consulaires durant ces 3 derniers mois ont prouvé leur efficacité et redonné du sens à la proximité, elles ont réussi à accompagner les artisans avec agilité, dans un quotidien difficile.

 

Vos interlocuteurs :

Charlotte ODDO

Directrice communication et Artisanales de Chartres

Tony ANDRÉ

Directeur du service Développement des Entreprises

 

La Chambre de Métiers et de l’Artisanat d’Eure-et-Loir

24, Boulevard de la Courtille – 28 000 Chartres

CONTACT : 02 37 91 57 00  info.contact@cm-28.fr

PARTAGER CET ARTICLE

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Nos derniers
articles publiés

Vibrez sur des rythmes sud-américains avec l’association Salsamba !

Barjouville : 3ème édition de la Fête des plantes

Ce qu’il faut savoir en septembre

Les Belles Anciennes du 28

Découvrez la pêche au « Feeder »

Les associations de Brezolles se réunissent