Éco

COVID-19 : des mesures efficaces et audacieuses… à court terme

L’État a pris des mesures fortes pour soutenir les entreprises impactées par la crise sanitaire et économique du COVID-19. Prêt Garanti État (PGE), report ou réduction des charges sociales, chômage partiel… Oui, mais voilà, bien qu’efficaces, ces mesures bénéficient à l’urgence économique. Jean-Noël Quénelle, expert-comptable à la COGEP, met en garde.

La crise économique liée au COVID-19 a précipité la chute de plusieurs entreprises. Les plus anciennes, avec des fonds solides ont passé, non sans mal, le cap. Elles ont pu fonctionner grâce au chômage partiel. En revanche, pour les sociétés toutes nouvelles, la situation a laissé des séquelles.

Des mesures efficaces à court terme

« Les aides impulsées par le gouvernement sont temporaires mais ont le mérite d’exister », selon Jean-Noël. Les solutions sont là mais ne seront pas forcément suffisantes.

« On a reporté le problème à dans un an »

Prenons l’exemple du PGE. Sa mise en place permet aux entreprises de payer rapidement leurs frais et fournisseurs. Pourtant, comme tout prêt, il devra être remboursé. Pour ce faire, le chef d’entreprise devra recréer du bénéfice et regagner de la rentabilité. Jean-Noël Quénelle s’inquiète, « je crains que certaines entreprises ne puissent rembourser leur prêt ». En effet, la crise risque de provoquer un effet boule de neige. « On a reporté le problème à dans un an », estime Jean-Noël. À la fin, une entreprise aura le choix : elle pourra rembourser son PGE en une seule fois ou le faire selon des échéances. Dans ce dernier cas, le PGE deviendra un prêt classique et devra être remboursé entre 1 et 5 ans, en moyenne. Concrètement, beaucoup de situations n’ont pas été anticipées. Et pour cause, les décrets ont été longs à mettre en place et à s’adapter aux réalités économiques et de terrain de chaque secteur d’activité, et au-delà, de chaque entreprise.

 

Récemment, le gouvernement a décidé de transformer les reports de cotisations sociales en réduction. Cela concerne les petites entreprises des secteurs les plus touchés (tourisme, hôtellerie, restauration, spectacle, sport). Pour les autres, les entreprises des autres secteurs, l’étalement des charges pourra se faire sur 36 mois. Les caisses de retraite emboîtent le pas. La CIPAV a annoncé qu’elle transformait les cotisations prévoyance reportées en réduction de cotisations pour tous ses adhérents dans une limite de 1392€, sans que cela ait des conséquences sur les droits futurs à la retraite.

Un entrepreneur doit oser se faire accompagner

De nombreuses mesures peuvent être mises en place très tôt. La création d’un tableau de bord validera davantage la crédibilité d’un chef d’entreprise que celui qui n’en a pas. Ces indicateurs, bien organisés, aident à la prise de décision. Nombreux sont ceux qui lui tournent le dos et pourtant, il est d’une aide précieuse. « Je conseille à mes clients d’être pragmatique, et de disposer d’éléments ordonnés, facilement accessibles ».

« S’il y a une chose à ne pas faire, c’est de rester silencieux face à l’administration fiscale »

Les experts-comptables s’attellent à travailler main dans la main avec le Tribunal de Commerce, lequel disposera d’outils plus puissants et efficaces pour soutenir le chef d’entreprise dans ses décisions. L’essentiel est de ne pas rester seul et de se faire conseiller. « S’il y a une chose à ne pas faire, c’est de rester silencieux face à l’administration fiscale », souligne Jean-Noël. « Si l’on sait que l’on va connaître des délais de production ou de paiements difficiles à respecter, il faut le dire », poursuit-il. L’administration fiscale a reçu des consignes de bienveillance. De bon sens, elles s’appliqueront à l’égard d’un chef d’entreprise transparent et qui s’investit pour trouver des solutions.

COGEP Chartres

27 bis Avenue de la République, 28600 Luisant

02 37 88 31 31

 

PARTAGER CET ARTICLE

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Nos derniers
articles publiés

Vibrez sur des rythmes sud-américains avec l’association Salsamba !

Barjouville : 3ème édition de la Fête des plantes

Ce qu’il faut savoir en septembre

Les Belles Anciennes du 28

Découvrez la pêche au « Feeder »

Les associations de Brezolles se réunissent