Éco

C’Chartres Tourisme pressent une belle saison qui démarre déjà fort

2022 s’annonce comme une année de reprise touristique. Après une année 2020 très difficile et une année 2021 un peu moins compliquée, Philippe Rossat, le directeur de l’Office de Tourisme de Chartres métropole, confirme un début de saison sous les bons auspices.

C’Chartres Tourisme semble intensifier sa stratégie pour développer Chartres en tant que destination touristique, est-ce vrai ?

Depuis un mois, on note une vraie reprise touristique. Et ça n’est pas forcément anodin. Elle s’est matérialisée lors du Salon Tourissima à Lille, fin février. D’abord, c’est le 1er salon en présentiel depuis plus de 2 ans, dans notre secteur d’activité. À Lille, l’intérêt c’est que c’est un salon où ce sont les gens qui viennent choisir leur destination et montrent donc un réel intérêt. Pour la 1ère fois, nous avons pu nouer un partenariat étroit avec la Ville de Chartres ce qui nous a permis de profiter d’un stand trois fois plus grand. En 3 jours, nous avons échangé avec plus de 1 000 personnes, c’est un succès ! Les visiteurs montraient beaucoup d’intérêt pour Chartres en lumières et Chartres en tant que destination de court séjour. L’événement a été un gros coup de communication pour le territoire et depuis ça reprend très fort.

Comment la pandémie a-t-elle fait évoluer le tourisme et comment vous adaptez-vous ?

Je dirais que les touristes sont demandeurs de nouveaux produits et c’est une très bonne chose. Le tourisme a beaucoup évolué en raison de la pandémie, c’est vrai. Les touristes sont devenus sûrement plus exigeants, ils partent plus souvent mais moins loin et moins longtemps. Alors, nous proposons des produits adaptés : de courts séjours ou de déconnexion. C’est une stratégie qui porte ses fruits pour le moment. Pour preuve, le volume des demandes nous ramène à des chiffres similaires aux années historiques comme 2018 voire 2019. Notre positionnement correspond bien à l’envie du moment des voyageurs, à savoir, un tourisme plus durable, un accueil personnalisé.

On a tendance à noter un regain d’intérêt pour valoriser un territoire plus lointain que les frontières de Chartres et son agglomération, pourquoi ?

C’est vrai et c’est possible grâce à notre statut de Société publique locale (SPL). Nous pouvons plus facilement valoriser le département, promouvoir le Perche via la Véloscénie, le Collège Royal et Militaire de Thiron-Gardais, le château des Comtes du Perche, les balades en bateau électrique à Bonneval et bien d’autres.

« Nous sommes liés au tourisme de proximité mais nous ne proposons pas de tourisme au rabais »

Notre idée c’est que Chartres reste évidemment le point d’ancrage et de focalisation car historiquement c’est ici que tout se passe avec la cathédrale, etc. Mais derrière, nous sommes aussi une porte ouverte sur les châteaux de la Loire, par exemple. La SPL permet de mettre en réseau tout çela. Nous tenons quand même à garder un angle traditionnel autour du patrimoine de Chartres. C’est pour cela que nous avons relancé les visites de la crypte de la cathédrale à la bougie et aussi les visites costumées et expérientielles de la maison Picassiette.

Nous bénéficions d’une image de marque grâce à la grande variété d’offres touristiques que nous proposons. Nous sommes liés au tourisme de proximité mais nous ne proposons pas de tourisme au rabais.

Le camping de Chartres a profité d’un joli coup de frais, est-ce une aubaine ?

La saison a été lancée le 8 avril, sous des trombes d’eau et avec de nouveaux co-gérants. Il s’agit d’un couple adepte de la pratique du camping depuis 40 ans. Le 13 mai, nous allons installer des hébergements légers : des tentes avec toile et plancher bois équipées d’un frigo, d’un micro-ondes, de plaques de cuisson et d’une terrasse. Pour optimiser l’accueil des camping-cars, tous les emplacements ont été sécurisés pour éviter les risques d’embourbement. Les sanitaires ont également été refaits à neuf. C’est un camping qui garde son ADN nature mais qui n’a plus rien à voir avec ce qu’il était il y a encore un an. C’est une belle évolution.

Quels sont les enjeux pour la saison ?

Ils seront en deux temps. Le premier temps sera de voir la proportion de touristes étrangers qui vont revenir à Chartres et en Eure-et-Loir. L’année dernière, nous avions accueilli 50% d’étrangers au camping et je pense que cette année il y a toutes les chances pour que cela s’accentue. Nous allons aussi voir si les français restent en France. Dans les faits, la pandémie freine encore bon nombre de personnes à opter pour des destinations lointaines. Sur la saison estivale, le sujet sera d’analyser d’où viennent nos touristes. Va-t-on reconquérir l’international ? Si tel est le cas ce serait super car les touristes étrangers ont tendance à rester plus longtemps sur le territoire. L’enjeu stratégique de la SPL c’est de confirmer notre capacité à faire augmenter la durée des séjours et confirmer la destination.

Crédit photo : C’Chartres Tourisme

PARTAGER CET ARTICLE

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Nos derniers
articles publiés

ChartrEstivales, les demandes pour l’année prochaine affluent déjà !

Saison touristique estivale : l’heure est au bilan

ChartrEstivales : embarquez pour un voyage immobile avec la Compagnie Aragorn

XEFI Dreux, votre partenaire informatique et bureautique local

Une première année d’exercice sur les chapeaux de roues pour le Karting de Chartres

Fake News : quand la consommation rapide de l’information profite à la désinformation

Une série de podcasts immersifs pour recruter des soignants

Hausse des prix, pénurie de papier… L’imprimerie Chauveau s’adonne à une gymnastique rythmique !