Éco

L'équipe Poullard

Á l’occasion de ses 40 ans, l’entreprise POULLARD est prête à franchiser sa marque GRANUDEM

Cette année, l’entreprise Poullard fête ses 40 ans d’existence. L’occasion pour l’entreprise de Lèves de revenir sur son parcours et nous livrer quelques secrets de longévité. D’une entreprise familiale est née l’idée de recycler du béton. Un pari réussi qui expose l’entreprise de façon exponentielle.
Alain Poullard et ses deux enfants : Stéphane et Aline.
Frise chronologique Poullard de 1979 à 2013
Frise chronologique Poullard de 2014 à 2019

Les fondations de l’entreprise par Alain Poullard

L’histoire commence en 1979. Alain Poullard fait sortir sa société éponyme de terre. À l’époque, ses parents, Gilbert et Marceline, entrepreneurs eux-mêmes enregistraient une demande de plus en plus importante de clients en vue de travaux de terrassement. Toutefois, le couple ne souhaitait pas se lancer dans cette activité. Alain Poullard saisit alors l’opportunité et se lance dans le terrassement en janvier 1979. Au départ, il lance son activité dans la cour de la maison familiale puis, très rapidement, un premier bâtiment professionnel sort de terre. L’entreprise Poullard voit le jour rue des Chaises, à Chartres. Alain débute dans le milieu du bâtiment avec des moyens modestes. L’acquisition d’un camion et d’une pelle d’occasion, à 20 000 francs chacun, lui suffiront à poser la première pierre à l’édifice. À ses débuts, Alain louait ses services et son matériel à d’autres sociétés de Travaux Publics comme Colas, leader mondial dans la construction de routes. La 1ère année, il réalise 75% de son chiffre d’affaires avec Colas. L’entreprise de Travaux Publics formule une demande et Alain intervient avec son matériel. Aujourd’hui, la tendance s’est inversée, Alain demandant parfois de l’aide à Colas. L’entrepreneur fait connaître son enseigne et se constitue un premier répertoire de clients. Petit à petit, les clients affluent, ce qui l’entraîne à louer de moins en moins ses services à d’autres sociétés. Il lui aura fallu 10 ans pour se faire un nom et fidéliser ses clients.  Outre Colas, Alain réalisait des chantiers de terrassement chez les particuliers. Du terrassement de cours aux branchements de canalisations de maisons, le chemin parcouru est long. Dans les années 1990, Alain sait se faire une place et les chantiers deviennent plus grands. Il devient alors nécessaire au chef d’entreprise de s’équiper et d’employer du personnel. Il se lance dans la démolition, qui devient son 2ème pôle d’activité. En dehors de ses activités professionnelles, Alain a deux enfants : Stéphane et Aline. Les pelleteuses et autres engins attisent la curiosité de Stéphane et vont lui faire découvrir une passion qui deviendra son métier plus tard. Petit déjà, Stéphane se rendait sur les chantiers. Habile dans le maniement des pelles mécaniques, il se tourne rapidement vers les métiers du bâtiment. Après un BTS Travaux Publics, il intègre l’entreprise de son père en 1999. L’histoire prend une tournure familiale.

De la démolition au recyclage

Petit à petit, le père et le fils proposent leurs services à des entreprises et des marchés publics. En 2002, la Chambre des Métiers d’Eure-et-Loir décerne le prix de l’Environnement à l’entreprise Poullard, une manière de saluer son engagement pour le recyclage, innovant pour l’époque. En démolissant des bâtiments, Alain et Stéphane s’intéressent de plus en plus à l’avenir des déchets issus de la démolition. Les deux hommes s’impliquent dans une démarche ambitieuse : faire du béton recyclé grâce à un mélange de sable et de gravillons. Stéphane nous raconte comment lui est venue l’idée, presque de façon anecdotique : « J’en ai rêvé une nuit et un matin en me réveillant, j’en ai parlé à ma femme ». Très vite, ils se rendent compte que le béton recyclé est de meilleure qualité que le béton issu de carrières. Partant de ce constat, ils se mettent à commercialiser leurs granulats à des particuliers via les plateformes comme Leroy Merlin, Bricomarché, Gedimat. Plus tard, ils étendent leur commercialisation et proposent leur précieux sésame à des industriels du béton tel que Spurgin, notamment pour la construction de parpaings et de prémurs. La création de ce nouveau processus amène l’entreprise à déposer la marque « Granudem » en 2014, résultant de la contraction des mots « granulat » et « démolition ». Ainsi, le béton issu des démolitions est récupéré, trié et lavé avant d’être transformé en nouveaux granulats. Pour toutes ces étapes, Stéphane s’est inspiré de machines qui existaient déjà et les a assemblées. Aujourd’hui, ils ont un site « Granudem », exclusivement dédié au recyclage du béton récupéré lors des démolitions. Ce site a pris ses marques à Poisvilliers, à quelques kilomètres de Lèves et possède sa propre centrale à béton. Chaque année, la production de granulats recyclés oscille entre 45 000 et 60 000 tonnes, « un rythme soutenu », explique Stéphane.
Démarrage du chantier les Jardins d’Élodie à MORANCEZ

Chartres Amiante

L’entreprise Chartres Amiante est spécialisée dans la gestion des déchets toxiques avant la démolition ou la réhabilitation d’un bâtiment. L’activité a été lancée en 2014, par Stéphane Poullard, de l’entreprise de démolition Poullard. Les deux activités sont donc parfaitement complémentaires. À ses côtés, au sein de Chartres Amiante, une équipe de 10 professionnels. Chartres Amiante se déplace partout en Eure-et-Loir et dans les départements limitrophes, pour différentes interventions :
  • Le désamiantage (70% de l’activité)
  • Le curage (20%)
  • Le déplombage (10%)
« L’entreprise intervient depuis le devis jusqu’au retour des bons de suivi des déchets amiante »

Aline Poullard aux commandes de la marque Granudem

En 2016, la fille d’Alain Poullard, Aline, rejoint l’aventure. Jeune fille, Aline baignait déjà dans le milieu. Entre pelleteuses et camions, elle participait à décharger les camions quand elle était en vacances scolaires. Après avoir occupé différents emplois dans le commerce, Aline rejoint l’entreprise familiale et participe à la commercialisation de la marque Granudem, la même année. Plus tard, ses fonctions s’élargissent : elle prend les rênes de la communication. En alimentant les réseaux sociaux et en entretenant une relation étroite avec ses clients, Aline nous dévoile une partie du secret de la longévité de l’entreprise : « la fidélisation des clients ».

Les valeurs d’une entreprise qui perdure depuis 40 ans

Lorsqu’on leur demande leur approche et leur vision de l’entrepreneuriat aujourd’hui,  Stéphane et Aline font primer le personnel qui travaille pour eux depuis plus de 20 ans pour certains. Être à la tête d’une entreprise qui se développe n’altère en rien les valeurs familiales prônées par le frère et la sœur. « La personne qui gère aujourd’hui la plateforme de Poisvilliers est arrivée dans l’entreprise sans formation. Nous préférons former des gens qui font partie de l’équipe et qui ont l’esprit entreprise plutôt que d’embaucher des personnes extérieures qui ne partageraient pas les mêmes valeurs », nous raconte Stéphane, pour qui il est important d’être présent à 7h du matin lorsque son équipe commence la journée. « Ici, on ne s’envoie pas de mails pour discuter, on échange librement selon nos disponibilités », renchérit Aline. Le duo défend une entreprise avec une écoute directe et une proximité avec ses employés. L’entreprise s’adapte aux évolutions mais tient à conserver son esprit de société à taille humaine « L’avantage d’être une PME, c’est que nous ne sommes pas soumis à des dizaines de réunions interminables. À chaque étape, nous nous concertons et nous avons la possibilité de nous demander si l’on doit continuer ou arrêter », poursuit-il. « Cela représente donc une force dans la mesure où les décisions sont prises rapidement », ajoute sa sœur. La société, qui emploie des chauffeurs poids lourds, des conducteurs d’engins, des manœuvres, des centralistes, des secrétaires et des métreurs, compte aujourd’hui 23 employés. Elle a également acquis du matériel à la pointe de la technologie avec des camions très récents et une pelle capable de démolir des bâtiments de 9 étages.
Destruction de 180 logements dans le quartier de Beaulieu à Chartres

Granudem, je respecte ma planète, j’utilise du béton recyclé !

Des idées avant-gardistes sur l’environnement et les normes

Ce savoir-faire, l’entreprise Poullard est la seule à le détenir. Elle est la première en France à proposer et à fabriquer son propre béton prêt à l’emploi, à partir de granulats 100% recyclés. D’un point de vue écologique, le processus est intéressant. Concrètement, ce qui coûte le plus cher dans la composition du béton issu des carrières, c’est le ciment. Malheureusement, le ciment émet une quantité de CO2 relativement importante. Stéphane nous simplifie l’équation : « Notre béton recyclé est plus solide qu’un béton issu de calcaire, il contient moins de ciment et donc moins de CO2, la pollution de notre béton est donc moindre ». Une préoccupation plutôt novatrice puisqu’à compter de janvier 2020, la Règlementation Energétique imposera aux entreprises du bâtiment de mener à bien des constructions en utilisant des matériaux dégageant une faible émission de CO2 en raison du réchauffement climatique.

Les perspectives : vers la franchise de la marque Granudem

Poullard, avec sa marque Granudem, est la seule entreprise en France, à ce jour, qui sait répondre aux problématiques de recyclage du béton récupéré lors de la démolition. Stéphane reconnaît que l’Etat français se préoccupe de plus en plus de l’environnement. La qualité de leur béton recyclé et l’idée innovante leur ont valu une invitation à participer à la 17ème exposition internationale de l’industrie et des produits du secteur de l’industrialisation du bâtiment, en Chine. Sur invitation du Ministère du Logement et du Développement Urbain et Rural de Chine, la SARL, représentée par Aline et Stéphane lors de cet événement, est intervenue pour expliquer le concept de la marque « Granudem ». Dans un pays où les déchets du bâtiment dépassent les 2 milliards de tonnes, le processus commence à éveiller de l’intérêt. Plus localement, Chartres a été choisie ville pilote pour l’A.N.R.U (Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine). Concrètement, le projet impose l’utilisation de granulats recyclés dans la construction des projets portés par l’A.N.R.U. Une aubaine pour l’entreprise familiale puisque si le projet s’avère efficace et génère des retombées positives, l’expérimentation sera étendue à l’ensemble du territoire national. « Tout le monde aurait besoin de granulats recyclés et comme nous sommes les seuls à détenir ce savoir-faire, la demande serait exponentielle », constate simplement Stéphane. Aline complète les propos de son frère, « Granudem existe depuis suffisamment longtemps, nous avons donc du recul et une expérience avérée », ce qui expliquerait l’affluence des clients.  Quand on l’interroge sur les ambitions qu’il projette pour l’entreprise, Stéphane n’hésite pas : « En 2020, nous espérons avoir franchisé une première entreprise dans le département de l’Eure ». L’objectif est clair, la SARL souhaite vendre son savoir-faire à des plateformes de recyclage indépendantes, implantées en France ou en Europe. Il en découlerait l’implantation de la marque via la franchise, sur tout le territoire national. Ceci permettrait aux entreprises franchisées de tirer profit de ce savoir-faire, tout en réduisant leur pollution.  La famille Poullard se veut visionnaire et ce, depuis les débuts de l’entreprise comme s’en rappelle Stéphane : « Notre père a toujours été à la pointe de la technologie et il a su s’en servir pour aller plus vite et mieux faire ».
Un nouveau silo a été mis en place en mai 2019

ENTREPRISE POULLARD

Chemin des Luets, 28300 Lèves

02 37 21 50 00

Site GRANUDEM

28 300 POISVILLIERS

Les gravillons utilisés dans la confection des granulats ont obtenu la norme CE2+ (matériau accepté dans la formulation du béton prêt à l’emploi) © ComFX communication

PARTAGER CET ARTICLE

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Nos derniers
articles publiés

La Tanière : un zoo-refuge unique au monde

ART VISUAL STUDIO : « Nous essayons de toujours aller plus loin et de proposer une vision artistique et émotionnelle »

CASAPUB lance son portail internet

IMPRIM’ EMBAL DÉCO se recentre sur son activité historique

ESPACE BUREAUTIQUE : quand la bureautique et la cybersécurité se rencontrent

IN EXTENSO : Le cabinet d’expertise comptable et de conseil aux entreprises