Actu Dreux

FONCIA BRETTE NORMILE : l’immobilier eurélien après le COVID…

Le confinement de ces derniers mois n’aura pas eu raison du marché immobilier. De nouveaux critères entrent en ligne de mire pour les investisseurs. Balcon, jardin… Les clients émettent le souhait de disposer d’un extérieur. Tour d’horizon du marché en Eure-et-Loir avec Foncia Brette.

Foncia Brette
Virginie et Franck vous accompagnent tout au long de votre projet immobilier
Le COVID-19 semble avoir épargné l’immobilier en Eure-et-Loir. « Qu’il s’agisse de location ou d’acquisition, les projets immobiliers ont été maintenus », constate Virginie Brette Morel, dirigeante de Foncia Brette. Les intentions d’achat et les recherches ont été repoussées et maintenues. Pour la plupart des clients, le confinement a pu leur permettre de faire mûrir leur projet. Résultat : Virginie Brette Morel a observé un pic de demandes après le déconfinement, « en particulier lors de la première semaine ».
 

De nouveaux critères

Si les projets d’achat et de location n’ont pas été impactés par la situation sanitaire, les critères de recherches se sont durcis. Plus question de faire l’impasse sur un balcon ou un jardin, « les clients veulent un extérieur sans vis-à-vis lorsque cela est possible », explique Virginie. La première couronne de Chartres est toujours autant prisée. Pour autant, les acheteurs se dirigent plus aisément vers un périmètre de 15-20km autour de Chartres. « Cela s’explique d’une part par l’envie d’avoir un environnement plus sympa et d’autre part car les gens ont trouvé des mesures satisfaisantes avec le télétravail et ne souhaitent plus forcément être très proches de leur lieu de travail », analyse la dirigeante. En Eure-et-Loir, le Perche attire de nombreuses familles franciliennes en quête d’une maison de campagne. Le marché locatif se porte bien. Dès la fin du confinement, les agences Foncia Brette ont dû faire face à une demande accrue de logements étudiants. « Le marché locatif est anticipé », reconnaît Virginie. Les étudiants réalisent leurs recherches en amont, pour pouvoir intégrer un logement au mois de septembre.

Agiles et professionnels

Comme bon nombre d’entreprises, Foncia Brette a eu recours au télétravail. Au total, 63 collaborateurs sur 80 ont travaillé depuis leur domicile. Depuis le 11 mai, les agences rouvrent progressivement et les collaborateurs font leur grand retour au bureau. Depuis le 2 juin et l’amorcement de la phase 2 du déconfinement, 50% des employés travaillent depuis chez eux et l’autre moitié est retournée en agence. « Le but est d’accueillir de nouveau tous les clients en recherche qu’ils soient locataires ou acquéreurs », explique Virginie. Pour la dirigeante, « le télétravail a le mérite d’être étudié mais on doit l’organiser dans l’esprit de satisfaire nos clients. » Les agents Foncia Brette tissent une relation singulière avec leurs clients de par leur implantation sur le territoire

Connectés

Virginie Brette Morel n’exclut pas d’élargir les visites virtuelles. « Lors d’une acquisition, elles sont souvent doublées d’une visite physique ». La visite à 360° est un point d’entrée qui ne se substitue pas à la visite réelle. Elle peut être considérée comme un plus lors de laquelle le client se fait une première idée du logement.

3 agences 3 marchés

Foncia Brette compte 3 agences en
Eure-et-Loir. Chacune rencontre un
marché de l’immobilier aux spécificités locales accentuées par l’effet COVID. Épernon séduit les franciliens et leur permet de s’évader aux portes de l’Île-de-France. Ici, les maisons et les appartements se partagent les offres. Dreux attire également les franciliens en quête d’une ville plutôt bien desservie pour se rendre dans la capitale. En acquisition, on observe 60% d’offres de maisons contre 40% pour les appartements et jusqu’à 80% d’appartements pour les offres en location. À Chartres, davantage d’appartements sont référencés que de maisons. En ce moment, les espaces verts sont un peu le graal de l’immobilier. « On retrouve cet esprit, on nous demande de plus en plus de belles propriétés avec de grands terrains », explique Virginie.

La copropriété de demain

Pour les syndics, la tenue des Assemblées Générales a été directement impactée par la crise du COVID-19. Face aux restrictions des rassemblements de personnes, Foncia s’est adapté. Place dorénavant aux Assemblées Générales virtuelles. En visioconférence, tous les propriétaires peuvent échanger en toute sécurité via leur espace privé. Cette digitalisation se place comme une alternative aux traditionnelles réunions et séduit les nouveaux participants.

Chartres

34 rue Noël Ballay

02 37 18 40 00

 

Dreux

12 rue Esmery Caron

02 37 46 33 34

 

Epernon

49 rue du Grand Pont

02 37 18 20 20  

PARTAGER CET ARTICLE

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Nos derniers
articles publiés

Vibrez sur des rythmes sud-américains avec l’association Salsamba !

Barjouville : 3ème édition de la Fête des plantes

Ce qu’il faut savoir en septembre

Les Belles Anciennes du 28

Découvrez la pêche au « Feeder »

Les associations de Brezolles se réunissent