Actu Chartres

Sunay et Rajendra, les deux premiers éléphants d’Eure-et-Loir, sont arrivés à La Tanière

Ils ont enfin pris possession de leurs loges. Sunay, jeune éléphanteau de 5 ans, est arrivé au zoo-refuge La Tanière mercredi 2 septembre très tard. Vendredi 4, à l’aube, c’était au tour de Rajendra, un autre mâle âgé de 8 ans de faire son entrée. Retour sur la soirée d’arrivée de Sunay, riche en émotions.

 

SUNAY ET RAJENDRA - LA TANIERE
Sunay et Rajendra s'endendent à merveille © La Tanière

L’heure d’arrivée est
approximative. À priori, le premier éléphant d’Eure-et-Loir débarquera aux
environs de 20h30, ce mercredi 2 septembre, au zoo-refuge La Tanière à
Nogent-le-Phaye. Aux abords de la toute nouvelle éléphanterie, flambant neuve,
tout le monde attend l’arrivée de Sunay. Ce jeune éléphanteau de 5 ans achève
son trajet qui aura tout de même duré 9 heures. Parti d’un parc zoologique de
Rotterdam, il est clairement la vedette de la soirée. Il a été confié à La
Tanière par le coordinateur du Programme Européen d’Élevage des éléphants
d’Asie en captivité dans le cadre de la sauvegarde de l’espèce.

20h50, le camion qui transporte
Sunay arrive à La Tanière. L’effervescence se mêle au silence. Le container qui
transporte l’éléphanteau est positionné à l’entrée de l’éléphanterie. Après un
long moment, la porte s’ouvre. Tout le monde semble retenir son souffle. Entre
excitation et suspens, Sunay se fait attendre. « Il aurait dû être
rebaptisé Désiré », s’exclament certains. Entre rires, attentes et
semblant d’espoir, chacun tend l’oreille et rive ses yeux vers l’entrée de
l’éléphanterie. Une trompe, une défense, une patte puis plus rien. Sunay semble
hésiter. L’expression « un pas en avant, deux pas en arrière » prend
tout son sens.

« C’est un petit pas pour le
pachyderme, un grand pas pour nous »

Enfin ! Peu avant 23h, Sunay
semble accepter l’invitation de son soigneur à quitter son container de
transport. L’éléphanteau regagne ainsi sa loge 5 étoiles d’où il profite d’une
superbe vue sur la cathédrale de Chartres. Patrick Violas, le fondateur de La
Tanière, nous rejoint, « c’est un petit pas pour le pachyderme, un grand
pas pour nous » sourit-il. Le visage détendu, il annonce le programme qui
va suivre, « il faut dorénavant s’occuper de lui (…) là il est en train de
regarder ce qu’il peut casser, les câbles qu’il peut tirer » s’amuse-t-il.
Une tête de bébé sur un corps de presque adulte. « Avec l’éléphant à
l’intérieur, on se rend compte que le bâtiment est bien dimensionné »,
reconnaît Francine Violas. À vrai dire, à ce moment précis, difficile de dire
qui observe l’autre. Il est la vedette de ce mercredi soir et le premier
éléphant d’Eure-et-Loir. « Nous ne sommes pas là pour dire que c’est
magique, nous sommes là pour le préserver car il fallait qu’il parte d’où il
était. Nous ne pouvions pas laisser trop de mâles ensemble », explique Patrick
Violas.

La Tanière qui comptait jusque-là
des capucins de 400 grammes accueille désormais son plus gros mammifère qui
affiche la bagatelle de 2,5 tonnes sur la balance.

Rajendra, 8 ans, rejoint Sunay

Sunay n’aura pas été seul bien
longtemps puisqu’un congénère l’a rejoint vendredi 4 septembre au petit matin.
Rajendra, un mâle de 8 ans, est arrivé du parc zoologique de Cologne en
Allemagne. Après un long trajet, les deux éléphants ont fait connaissance. Pour
le moment, l’ambiance est à la sympathie entre les deux congénères : Sunay
ne quitte plus Rajendra. Chacun d’entre eux dispose de sa loge et de son propre
espace extérieur avec un bassin.

Dans l’éléphanterie, deux murs
dédiés au medical training permettront aux éléphants de se faire examiner par les
soigneurs et vétérinaires, sans avoir recours à l’anesthésie systématique. Les
petites osculations comme l’observation des pieds, les prises de sang
derrière les oreilles et le lavage des dents se feront via ces murs spéciaux.

Florence Ollivet-Courtois, vétérinaire, nous
explique l’engagement de La Tanière

« La Tanière est un endroit
où nous trouvons des solutions aux animaux qui n’en ont pas. En participant à
ce programme européen de conservation des éléphants d’Asie, la philosophie de
La Tanière reste intacte. Nous sommes là pour être une solution vis-à-vis de
ces animaux. Préserver les espèces c’est aussi faire de la protection animale.
Aujourd’hui, si les animaux sont menacés de disparaître c’est parce qu’ils ne
sont pas assez protégés. En prenant soin de Sunay et Rajendra, nous œuvrons
pour la protection animale car nous préservons la population des éléphants. Les
animaux qui profitent de ce genre de programmes sont le premier moyen pour
venir en aide à leurs congénères qui sont dans leur milieu naturel. En Asie, un
tiers des éléphants sont en réalité en captivité. Nous n’avons pas d’idée
précise sur le nombre d’éléphants sauvages qu’il y a sur le continent
asiatique.

Il ne faut pas séparer les gens
et les animaux, c’est pour cela que La Tanière est un lieu de visite. Les seuls
problèmes que l’on dénombre sont des problèmes de cohabitation. Il faut
apprendre à connaître pour mieux aimer, mieux respecter et mieux protéger les
animaux.

 

Véritables gourmandises pour les
éléphants, La Tanière recherche des grandes branches d’arbres fraîches (saule,
hêtre, charme, peuplier, bouleau, noisetier, orme) qui pourraient servir à
ravir les papilles de ces deux pachydermes.

 

Zoo-refuge La Tanière

Ferme du Grand, Archevilliers

28630 Nogent-le-Phaye

www.lataniere-zoorefuge.fr

PARTAGER CET ARTICLE

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Nos derniers
articles publiés

Vibrez sur des rythmes sud-américains avec l’association Salsamba !

Barjouville : 3ème édition de la Fête des plantes

Ce qu’il faut savoir en septembre

Les Belles Anciennes du 28

Découvrez la pêche au « Feeder »

Les associations de Brezolles se réunissent