Actu Chartres

Barjouville, une rose des vents qui offre une pluralité de vies !

Barjouville se revendique comme une ville à la campagne. Au Nord, il y a la ville tournée vers Luisant et Chartres ; au Sud, la pleine campagne en direction de Ver-lès-Chartres ; à l’Est, une belle prairie communale et les bords de l’Eure ; enfin, à l’Ouest, la zone commerciale de La Torche. Dehors, le chant des oiseaux rythme le quotidien des 1 800 habitants de la commune. Le maire, Benoît Delatouche, apprécie le tissu associatif de la ville. Il se veut dense, varié et surtout, il fédère bon nombre d’adhérents. De l’association créée par des assistantes maternelles à l’association des aînés, il y en a pour tous les âges. L’épanouissement au sein de la commune est, lui aussi, encouragé dès le plus jeune âge grâce à des aires de jeux bien entretenues, une école maternelle récente et une école primaire en rénovation. Le maire ne lésine pas sur les moyens pour offrir de beaux équipements aux 8 classes que compte la commune : 3 en maternelle, 5 en primaire.

Benoît Delatouche a choisi de laisser la part belle à la nature. Fervent défenseur d’une commune végétalisée, il sollicite son équipe pour intégrer des aménagements de manière à privilégier la verdure. La prairie communale fait la fierté de Barjouville. Ne vous y méprenez pas, il ne s’agit en aucun cas d’une base de loisirs. Il y fait bon se promener, jouer avec les enfants, pique-niquer, pêcher ou encore passer un moment agréable. La prairie est reliée à Luisant, au Coudray et prochainement à Morancez dans le cadre de la trame verte de Chartres métropole.

Barjouville recherche son futur garde-champêtre

La ville en comptait un jusqu’en 2018. Profitant d’une retraite bien méritée, le poste de garde-champêtre reste vacant. « J’aime dire que le garde-champêtre doit être plus connu que le maire », sourit Benoît Delatouche. Souvent assimilé à la répression, à tort, le garde-champêtre devra assurer la sécurité des piétons de la commune, veiller au bon stationnement des automobilistes, faire de la prévention auprès des enfants et personnes âgées, être le relais des gendarmes sans oublier d’être bienveillant envers les habitants.

« Il est ressorti de nos échanges la volonté des praticiens de construire leur propre maison médicale »

L’arrivée prochaine d’une maison médicale

Le projet est privé. Les investisseurs sont les futurs praticiens de la future maison médicale de Barjouville. À terme, ils seront une quinzaine à l’intégrer. Son implantation est prévue dans le cœur de village mais en attendant sa construction, quelques praticiens sont installés provisoirement dans l’ancienne école maternelle de Barjouville. « Cela fait 5 ans que je travaille sur le projet de cette future maison médicale. Nous nous concertons régulièrement avec les professionnels de santé pour évoquer les différentes possibilités : construire nous-mêmes en tant que mairie, faire appel à un bailleur, constituer une Société d’Économie Mixte… Il est ressorti de nos échanges la volonté des praticiens de construire leur propre maison médicale. Ils se sont eux-mêmes engagés à la rejoindre une fois sortie de terre, alors nous les accompagnons », explique Benoît Delatouche.

Un cœur de village pour 2024

C’est un projet de longue date qui a réellement débuté en 2019. La pose de la première pierre est espérée pour la fin d’année, laissant entrevoir une livraison d’ici septembre 2024. La place, quasiment au centre de la commune, accueillera la future maison médicale, des commerces de proximité (nouveaux ou déplacés), 30 logements collectifs et 28 petites maisons de ville. Une enveloppe de 2 millions d’euros a été allouée à ce cœur de village. Un terme que Benoît Delatouche tient à conserver. « C’est une volonté de l’appeler « village » car, même si nous ne sommes pas loin des 2 000 habitants et que nous allons sûrement les dépasser d’ici la fin de mon mandat, nous sommes attachés à cette notion de village. » Idéalement situé, les habitants pourront y accéder à pied depuis n’importe quel endroit de Barjouville. Il est un enjeu financier pour la commune mais pas que. Il est aussi un enjeu de vie, de services et de pérennité. À terme, Benoît Delatouche souhaite centraliser les services administratifs de la mairie et La Poste à proximité de ce cœur de village.

« Même si nous ne sommes pas loin des 2 000 habitants (…) nous sommes attachés à la notion de village »

Une troisième salle pour le complexe sportif, une salle des fêtes plus excentrée… Les projets se multiplient

Le complexe sportif de Barjouville compte déjà deux salles où sont pratiqués du tennis de table, du basket et du badminton. La danse, le jazz et la gymnastique ont élus domicile dans le foyer de la commune. Vieillissante et énergivore, la salle n’est plus adaptée à l’accueil de ces pratiques sportives. Le complexe sportif devrait donc s’agrémenter d’une troisième salle. Les plans se finalisent dans l’optique d’un dépôt de permis de construire au mois de juin. La construction devrait débuter à la fin de l’année pour une livraison début 2024. Une fois inoccupé, le foyer n’aura plus lieu d’être la salle des fêtes de Barjouville. La commune devrait excentrer sa salle des fêtes pour permettre à ses habitants d’organiser des festivités, en-dehors du cœur de village.

« Le rôle du maire n’est pas de penser à soi. Quand j’ai constitué mon équipe, fin 2019, la règle d’or que je lui ai communiqué c’est de penser aux autres. Le maître-mot de mon mandat c’est : le service public », conclut Benoît Delatouche.

PARTAGER CET ARTICLE

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Nos derniers
articles publiés

ChartrEstivales, les demandes pour l’année prochaine affluent déjà !

Saison touristique estivale : l’heure est au bilan

Samedi 28 mai : Save the date ! Vide dressing au V&B à Barjouville

Le fantasme de vos projets, « C’EST CHEZ L-AERO »

Honda Fontenay-sur-Eure

SB RACING : Distributeur Goes, Can-am, CF Motos, Zontes

CER DE LUISANT

FUN BIKE : Distributeur Scott, Bergamont, SYM, VENT